SudOuest.fr: « Trouver un livre à l’instinct »


11 février 2012

Ce matin, Maxime Rivière anime un atelier à la découverte d’un nouveau moteur de recherche qui fait appel à des nouveaux critères, subjectifs et instinctifs.

begles-Maxime Riviere
Pour trouver un livre dans le Bookwok, le lecteur n’a qu’à définir ses envies.© PHOTO 

PHOTO LÉA AUBRIT
Culturewok est une plateforme Internet créée par une association bordelaise, Le Wok en travaux. Regroupant musiques, films, jeux vidéos, et même vins, elle comprend aussi une partie littéraire : le Bookwok. Celui-ci peut être utilisé par les bibliothèques, moyennant un abonnement annuel.Si celle de Saint-Médard-en-Jalles en fut l’une des premières clientes en avril dernier, c’est au tour de l’établissement béglais de se plonger dans le monde du moteur de recherche intuitif.L’originalité de ce système réside dans les critères qui permettent de répertorier les livres. Sur le Bookwok, on ne recherche pas un ouvrage selon sa date ou son auteur, mais bien sûr les sentiments, les envies et attentes que l’on a de sa lecture. Ainsi, sur la page d’accueil du site, deux colonnes s’offrent à la recherche : la catégorie (roman, policier, fantastique, théâtre, histoire…) et l’envie (limpide, dense, décalé, émouvant, violent, grisant…) accompagnés de curseur pour en fixer l’intensité.

« Après avoir testé les possibilités, explique Maxime Rivière, bibliothécaire multimédia à Bègles, il s’avère qu’il ne faut pas choisir plus de deux ou trois critères sensitifs couplés à une catégorie, pour obtenir des résultats. »

300 ouvrages à BèglesSur ce moteur de recherche alternatif, chaque bibliothèque possède son portail, qui donne accès à son fond disponible. Ainsi, depuis septembre, les bibliothécaires de Bègles ont renseigné (avec des critères sensitifs et des commentaires sur la lecture), plus de 300 ouvrages. « À Bègles nous n’avions pas de réelle présence sur Internet, cet outil léger, simple d’utilisation et original nous permet d’essayer et de communiquer sur les événements de la bibliothèque, puisque notre portail présente également une page avec quelques articles », ajoute Maxime Rivière.

« Bien sûr, les critères donnés aux ouvrages par les bibliothécaires sont subjectifs mais c’est tout l’intérêt de la chose puisque cela va pousser le lecteur vers des choses qu’il ne connaissait pas ». À terme, la bibliothèque de Bègles n’envisage pas d’intégrer l’intégralité de son fond littéraire dans le Bookwok, « nous allons privilégier les choses qui nous tiennent à cœur et peu connues des lecteurs comme notre fond sur l’art brut ».

Maxime Rivière a déjà animé une séance de découverte de cet outil, jeudi soir. La manipulation s’est révélée facile, même pour des personnes peu familières de l’outil informatique : « C’est amusant pour le lecteur de manipuler les curseurs et de tester les possibles combinaisons ». Les commentaires des bibliothécaires sont aussi là pour apporter une valeur ajoutée à cette classification particulière.

Faire participer les lecteursLe responsable multimédia envisage également, à plus long terme, de faire interagir les lecteurs dans la définition des critères. « Ça peut être une occasion de parler littérature avec un groupe restreint et de façon différente. »

http://www.culturewok.com/biblibegles Atelier de découverte du Bookwok de Bègles, ce matin de 9 h 30 à 10 h 30. Possibilité d’organiser d’autres ateliers, en cas de demandes.